December 9, 2021

Lewis Hamilton se souvient du racisme qui a vécu en Espagne

3 min read

Lewis Hamilton s’est proclamé le croisé contre le racisme et pour l’ égalité et la diversité ( et le véganisme ) en Formule 1 . Le septuple champion du monde maintient son idée de laisser un héritage au-delà de ce que ses chiffres, qui aujourd’hui ne font que comparer (et même dépasser à certains égards) Michael Schumacher, dictent.

Fernando Alonso
Bien que ce ne soit pas le meilleur exemple pour parler de difficultés dues à la couleur de sa peau (depuis son enfance il était sous le parapluie McLaren, ce qui lui a ouvert bien des portes), encore moins ses débuts sont aussi humbles qu’il le prétend (pas son père, qui a dû doubler son travail pour lui permettre de concourir quand il était enfant), il a connu des épisodes racistes à certains moments de sa vie. Plus précisément, il a parlé de ce qu’il a vécu en Espagne après la turbulente 2007 qu’il a partagée avec Fernando Alonso .

Dans une longue interview dans ‘The Wall Street Journal’, Hamilton revit les tests hivernaux de pré-saison 2008 qui se sont déroulés sur le Circuit de Barcelona-Catalunya, à Montmeló. “Je me souviens de la première année où je suis entré dans ce sport et j’ai subi le racisme de cette foule et personne n’a rien dit”, dit-il. Comme il se souvient, il y avait des fans espagnols qui passaient ces jours-là à l’insulter et à le huer chaque fois qu’il sortait des stands sur le circuit de Barcelone. Ces mêmes étaient avec leurs visages peints en noir avec des T-shirts qui disaient « Hamilton Family ».

Quelques « tenues » d’Hamilton lors de la saison 2021 de Formule 1
“J’avais réalisé mon rêve, mais je n’étais pas heureux. Cela ne pouvait pas être moi et à ce moment-là je n’avais pas confiance en moi, alors je me taisais. On réprime tellement qu’on ne se rend pas compte de la douleur que l’on ressent, » analyse-t-il, et pointe le silence que certains membres du paddock ont ​​gardé, sans prononcer de noms : « Il y avait des gens qui n’ont rien dit et qui sont restés silencieux, des gens qui sont encore en Formule 1 aujourd’hui », a-t-il accusé.

Depuis ces années, cependant, il ne garde aucune rancune. « J’aime l’Espagne, en particulier la ville de Barcelone. Le public espagnol a toujours été très accueillant avec moi. Tout ce que j’ai fait, c’est essayer de faire de mon mieux », justifie-t-il.

Manque de personnes d’autres courses en Formule 1
La pression de Hamilton pour les non-Caucasiens est un domaine où il pousse fort. Hamilton donne un exemple : l’équipe McLaren.

Lewis Hamilton, lors d’une manifestation contre le racisme
“Il y a un an ou deux, je feuilletais des photos de la fête de l’équipe (McLaren, où il était actif entre 2007 et 2012) et j’ai réalisé que les équipes sont toujours blanches. Je me demandais comment cela pouvait être après tant de choses. temps », dit-il. Conscient que cela peut lui valoir de nombreuses critiques, le pilote le plus titré de tous les temps se dit prêt à “prendre le risque” de tout perdre s’il obtient plus de diversité.

“Je m’en fiche. Que ce soit à cause de mon travail ou de ma réputation, je veux que la communauté noire sache que je les écoute et que je les soutiens”, a-t-il conclu à ce sujet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *