December 9, 2021

Les émeutes ” explosives ” du COVID-19 paralysent la Guadeloupe en France

2 min read

POINTE-À-PITRE, France: École annulée, barricades dans la rue et pharmacies saccagées: Des journées d’émeutes contre les mesures visant à freiner la propagation du COVID-19 ont paralysé les routines normales sur l’île française des Caraïbes de Guadeloupe.

Les autorités parisiennes ont envoyé des policiers d’élite et des agents de lutte contre le terrorisme en Guadeloupe au cours du week-end dans le but de réprimer les violences, le dernier casse-tête lié au COVID-19 dans les territoires d’outre-mer français pour le gouvernement du président Emmanuel Macron.

Les taux de vaccination dans les territoires français d’outre-mer, dans les Caraïbes, l’Océan Indien et le Pacifique, ont généralement été bien inférieurs à ceux du continent et les mesures anti-virus ont suscité des troubles répétés.

Des manifestations en Guadeloupe, un territoire d’environ 400 000 habitants, ont éclaté après l’annonce que les jabs COVID-19 seraient obligatoires pour tous les travailleurs de la santé, les manifestations ayant été marquées par des affrontements et des pillages.

Dans la nuit de dimanche à lundi, la police a arrêté 38 personnes après que des contrevenants au couvre-feu ont pillé et incendié des magasins et des pharmacies, et deux membres des forces de sécurité ont été blessés.

Macron a reconnu la gravité de la situation et a exhorté les politiciens locaux à ne pas mélanger la question pressante du COVID-19 avec les griefs de l’époque coloniale et les plaintes de longue date que le territoire est économiquement négligé par Paris.

“Nous ne céderons pas aux mensonges, à la déformation de l’information et à l’exploitation par certaines personnes de cette situation”, a-t-il déclaré à la presse lors d’une visite dans la ville d’Amiens, dans le nord de la France, qualifiant la situation de “très explosive.”

“Nous ne jouons pas avec la santé et nous ne laisserons pas jouer la santé des Français au nom de luttes intestines politiques”, a-t-il ajouté.

Les renforts de police ont commencé à démanteler les barricades routières des manifestants peu après leur arrivée, selon le colonel Jean Pierre de la gendarmerie de Pointe-à-Pitre, principale ville de l’île.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *